Un peu d’histoire… Suite aux lois antireligieuses votées en France le 1er juillet 1901, la communauté des carmélites de Montélimar s’exile en Suisse. Or, en 1902, le conseil Fédéral de Genève retire aux religieuses l’autorisation de se fixer en Suisse. La communauté se tourne alors vers la Belgique. Elle arrivera en deux groupes en octobre 1902 et s’installera dans une maison, rue de la Gare.

Après quelques années, l’abbé Camille SOREE, professeur de philosophie au Séminaire de Floreffe, propose à la communauté de bâtir un carmel régulier à Floreffe.

La première pierre est posée le 17 septembre 1907. C’est le 29 octobre qu’a lieu la translation de la rue de la Gare au nouveau monastère, situé dans ce qui deviendra la rue du Carmel. Le 7 novembre suivant, Monseigneur Heylen, évêque de Namur, consacre l’autel de la chapelle.

La vie régulière peut reprendre dans ce nouveau cadre de vie, où nos soeurs réalisent au fil des années de nombreux travaux selon les nécessités des temps : aménagement du jardin, de la cuisine, de la buanderie, réorganisation de la bibliothèque…

En 1930, les broderies et réalisations artisanales de toute beauté se révèlent trop peu rentables pour l’entretien de la communauté. C’est ainsi que la fabrication des hosties devient le premier gagne-pain jusqu’à nos jours.

Le 14 juillet 1969, dans notre chapelle agrandie et adaptée selon les normes du Concile Vatican II, Monseigneur Charue, alors évêque de Namur, consacre un nouvel autel. L’aggiornamento initié par le Concile se manifesta aussi par une ouverture plus grande, dans la participation à des sessions de formation, l’usage des moyens de communication, les contacts fraternels avec d’autres communautés.

En 2012, suite à une réflexion commune en Fédération, la communauté s’agrandit et continue l’aventure spirituelle du Carmel en accueillant cinq soeurs carmélites. Ensemble nous désirons vivre l’espérance en l’avenir.